Portfolio : Timtimsia.com

En août dernier, j’ai conçu le design du blog de Timtimsia, une illustratrice et animatrice qui dessine des bandes dessinées.

Ma démarche a été de me concentrer sur un blog épuré de tout superflu de manière à mettre le contenu le plus en avant possible. Pas de sidebar, pas de widgets, pas de tags ni de catégories, juste les planches de BD et la possibilité de commenter. Il me plaît à penser que le résultat est simple mais efficace. En tout cas, c’était l’objectif.

Pour la typo, nous cherchions quelque chose de fun tout en restant adulte et lisible. Nous nous sommes finalement arrêtés sur Duality (via Typekit), dont le petit côté Burtonien n’est pas pour me déplaire.

Si je devais retenir un point positif et un point négatif, je dirais que je suis assez satisfait de mon idée d’avoir fait une boîte de commentaires qui suit le lecteur au fur et à mesure qu’il lit la discussion, ce qui rend l’interface des commentaires particulièrement efficace. Mon petit regret, en revanche, est que pour la version mobile, faudra repasser plus tard (ceci dit, avec un des images de 500ko comme contenu de base, on était mal barrés dès le début).

Help!

Anna chez Ikéa, Inès pour Nespresso, Clara à la Fnac…les assistantes virtuelles ont envahi les plus grands sites de e-commerce français. Censés aider le visiteur paumé à s’y retrouver, ces “agents conversationnels” permettraient, d’après leurs créateurs, de réduire significativement le nombre d’emails reçus au support client.

Au départ sceptique, je reconnais que techniquement, c’est généralement plutôt bien fait et il y a même de quoi bien s’amuser en leur posant des questions improbables et d’observer les scénarios tordus que les développeurs ont prévus.

Mais passé l’instant de rigolade, on se retrouve tout de même à faire la conversation à un programme déguisé en hôtesse. Personnellement, cela me donne légèrement l’impression d’être pris pour un idiot. De plus, j’ai de sérieux doutes sur le fait que forcer l’utilisateur à “discuter” soit la manière la plus efficace de l’aider.

I need somebody

L’utilisateur moyen préfère-t-il réellement parler à une intelligence (très) artificielle plutôt que de taper quelques bons vieux mots clés dans une barre de recherche ? C’est probablement l’idée que VirtuOz et consorts martèlent auprès de leurs clients. Pour aller dans ce sens, je suppose en effet que la densité de l’information qui se trouve généralement dans les FAQs a tendance à effrayer l’utilisateur flemmard et pressé que nous sommes tous (c’est pas moi, c’est lui qui l’a dit).

Et poutant, tout m’agace à propos de ces assistantes :

  • On n’y croit pas une seule seconde. Rien que le prénom de l’agent sent la décision étudiée pour rentrer dans les critères de mode.
  • L’agent virtuel incite l’utilisateur à formuler des questions plutôt que des mots clés, ce qui ne lui facilite pas franchement la tâche.
  • Bien souvent, l’assistante réagit à un mot clé en ouvrant une page de la section “aide” du site, ce qui revient exactement au même qu’une barre de recherche.
  • La plupart (tous ?) sont développés en Flash (et ça, c’est mal).
  • J’ai bien peur que cela vieillisse très mal, comme la plupart des gadgets à la mode. En plus, si tout le monde s’y met, ce ne sera plus à la mode.

La simplicité d’utilisation doit être au fondement même de la conception d’un site marchand. Or, il me semble que les agents virtuels ressemblent plutôt à une tentative de reproduction des conditions d’un point de vente physique sur le web, ce qui ne va pas vraiment dans le sens d’une meilleure conception des interfaces web.

Au fond, les assistantes virtuelles aident le visiteur à utiliser les pages d’aide. Et, comble et du comble, il y a même un mode d’emploi pour s’en servir. Je ne vois pas où se trouve l’idée brillante là dedans.

Je préfèrerais voir les grands sites réinventer le système des FAQs, organiser l’information de manière encore plus claire, concevoir des fiches produits qui ne laissent aucun doute possible à l’utilisateur, plutôt que de se payer les services d’un programme qui a appris à faire des sourires.

(PS : Ce n’est pas parce que la concurrence s’y met qu’il faut absolument l’imiter. Amazon, ne me décevez pas!)

Monitoring addict


Il faut que je vous avoue un truc. Je suis un “monitoring addict”, un accroc des analytics si vous préférez. Il y a des gens qui se pèsent tous les matins, moi je lis mes rapports de trafic tous les soirs. Comme disait Souchon : c’est normal, on lit pas tous le même journal.

Si vous aussi vous avez cette tendance à être obsédé par la mesure du trafic, les taux de rebond, les referrers et tout ça…sachez que j’ai trouvé le truc qui va vous achever. J’ai testé depuis le mois de mai dernier l’application web Reinvigorate dont vous pouvez admirer ci-dessus la superbe home page. Quelle différence avec Google Analytics ? Reinvigorate vous permet de surveiller votre trafic en temps réel.

Concrètement, il suffit d’insérer un script dans chacune de vos pages pour activer le tracking. Ensuite, dès qu’un visiteur arrive sur votre site, votre tableau de bord Reinvigorate se met à jour automatiquement et vous indique les pages sur lesquelles vos visiteurs se promènent, mais aussi le temps qu’ils y passent, d’où ils viennent, etc.

N’oublions pas la cerise sur le gâteau : les cartes de chaleur des zones de clic. Il s’agit de représentations graphiques des endroits où les visiteurs cliquent le plus sur les différentes pages de votre site. Cela permet de voir les points chauds et froid en un clin d’oeil, pratique par exemple pour se faire une idée de la visibilité d’un bouton ou d’un call to action.

Bientôt du vrai temps réel ?

J’ai trouvé que Reinvigorate était un bon complément à Google Analytics (qui reste indispensable compte tenu de ses nombreuses fonctionnalités). C’est un site qui se regarde véritablement comme un tableau de bord et que j’ai pris beaucoup de plaisir à utiliser, mais qui ne tient pas (hélas) toutes ses promesses.

Je vous ai dit plus tôt qu’il s’agissait de mesure du trafic en temps réel. En fait, c’est du temps presque réel. En effet, la mesure du temps passé sur les pages m’a souvent paru très optimiste, avec une détection des rebonds immédiats assez mauvaise. Des défauts qui ont du mal à passer lorsqu’on sait le prix mensuel du service (10$/mois) pour disposer de toutes ses fonctionnalités (une version gratuite est utilisable mais ne vous fournit apparemment que les données les plus basiques).

Le vrai temps réel est pourtant possible avec l’utilisation des web sockets (technologie permettant d’ouvrir une connexion permanente entre le serveur et le client), qui ne sont pour l’instant gérées que par les dernières version de Chrome, Safari, Firefox 4 et bientôt Internet Explorer 9.

Le jour où les services de monitoring tels que Reinvigorate fonctionneront véritablement en temps réel, il sera alors possible de suivre les visiteurs à la seconde près, de la même manière qu’un vendeur peut vous suivre dans un magasin pour vous conseiller. Je prédis que le e-commerce va s’en trouver profondément modifié avec, par exemple, des contenus qui changeront en temps réel en fonction du temps passé sur la page, du chemin parcouru, voire des endroits où le visiteur promène le curseur de sa souris. Affaire à suivre…


POPULAIRE  : marketing·réputation·Webdesign·rayonnement·apple·bouche a oreille·réseaux sociaux·expérience utilisateur
Ikôn | Un blog d'inspiration marketing & e-commerce - À propos